Indications et niveaux de compression

Lorsqu'il s'agit de bas de compression, choisir le niveau de compression adapté est indispensable pour garantir l’efficacité et l’observance du traitement.

Compression levels: which one to use when

Indications et niveaux de compression

Force de compression au niveau la cheville

right_arrow

Indications

  • Troubles fonctionnels et douleurs de l'insuffisance veineuse, liés à la station debout prolongée
  • Mauvaise acceptabilité du patient au port d'un bas de classe 2
  • En superposition pour atteindre des pressions supérieures
right_arrow

Indications

  • Prévention de la thrombose veineuse dans un contexte chirurgical (en association avec un traitement pharmacologique ou seul en cas de contre-indications) ou médical (hors accident vasculaire cérébral) chez les patients en décubitus prolongé
  • Varices de plus de 3 mm (C2)
  • Après chirurgie ou sclérothérapie de varices de plus de 3 mm, pendant 4 à 6 semaines
  • Prévention de la thrombose veineuse pendant la grossesse et 6 semaines après l'accouchement (6 mois après une césarienne)
  • Prévention de la thrombose veineuse en cas d'intervention chirurgicale à risque thromboembolique veineux (la compression est utile en association au traitement anticoagulant, ou seule lorsque ce traitement est contre-indiqué)
  • Prévention de la thrombose veineuse dans les situations à risque (infections avec fièvre prolongée, cancers à risque de thrombose, insuffisances cardiaques, antécédents de thrombose veineuse)
  • En superposition pour atteindre des pressions supérieures
right_arrow

Indications

  • Varices de plus de 3 mm (C2)
  • Après chirurgie ou sclérothérapie des varices de plus de 3 mm, pendant 4 à 6 semaines
  • Œdème veineux chronique (C3)
  • Troubles trophiques (pigmentation, eczéma) d'origine veineuse (C4a)
  • Troubles trophiques chroniques (lipodermatosclérose ou hypodermite d’origine veineuse, atrophie blanche) d’origine veineuse (C4b chronique)
  • Troubles trophiques d'origine veineuse avec ulcère cicatrisé (C5)
  • Traitement de la thrombose veineuse superficielle du membre inférieur, le plus tôt possible après le diagnostic (en association au traitement anti-thrombotique si celui-ci est indiqué ou seul)
  • Traitement de la thrombose veineuse profonde du membre inférieur, à la phase aiguë, le plus tôt possible après le diagnostic (en association avec le traitement pharmacologique ou seul en cas de contre-indications)
  • Prévention du syndrome post-thrombotique après une thrombose veineuse profonde proximale, pendant 2 ans
  • Lymphœdème (en deuxième intention à la phase décongestive, et en première intention à la phase de maintien). La pression retenue est la plus forte supportée par le patient. Elle peut être atteinte par superposition de plusieurs bas, sans limite.
  • Prévention de la thrombose veineuse pendant la grossesse et 6 semaines après l'accouchement (6 mois après une césarienne) en cas d'affection veineuse chronique associée
  • En superposition pour atteindre des pressions supérieures.
right_arrow

Indications

  • Troubles trophiques d'origine veineuse avec ulcère cicatrisé (C5)
  • Traitement de l'ulcère actif (C6) jusqu'à cicatrisation complète
  • Prévention du syndrome post-thrombotique après une thrombose veineuse profonde proximale, pendant 2 ans
  • Lymphœdème (en deuxième intention à la phase décongestive et en première intention à la phase de maintien). La pression retenue est la plus forte supportée par le patient. Elle peut être atteinte par superposition de plusieurs bas, sans limite.
  • Prévention de la thrombose veineuse pendant la grossesse et 6 semaines après l'accou­chement (6 mois après une césarienne) en cas d'affection veineuse chronique associée
  • En superposition pour atteindre des pressions supérieures

Contre-indications 

Artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) avec un index de pres­sion systolique (IPS) < 0.6, microangiopathie diabétique évoluée pour les bas délivrant une pression > 30 mmHg, phlegmatia coerulea dolens (phlébite bleue douloureuse avec compression artérielle), thrombose septique, intolérance au produit.

Précautions d'emploi 

En cas d'AOMI avec un IPS > 0,6 et < 0,9, de neuropathie périphérique évoluée ou de dermatose suintante ou eczématisée, une surveillance médicale très régulière du rapport bénéfice/risques doit être effectuée.

En cas de douleur ou d'inconfort retirer le produit et consulter un professionnel de santé. Tout incident grave survenu en lien avec le produit devrait faire l'objet d'une notification au fabricant et à l'autorité compétente de l'État membre dans lequel l'utilisateur et/ou le patient est établi.

Aucune responsabilité ne sera engagée en cas de non-respect des contre-indications et des mises en garde.

Quelle est la différence entre les bas de compression et les bas de contention ?

Si le terme « bas de contention » est bien connu, seul le terme de « bas de compression » permet de désigner le principe actif de nos produits : exercer une pression sur la jambe à l’aide d’un textile élastique. 

La contention exerce une résistance passive à un gonflement, alors que la compression signifie une pression active tout au long de la jambe pour faciliter le retour veineux.

Les bas de compression médicale sont fabriqués selon des spécifications médicales et techniques strictes pour garantir une pression adéquate au niveau de la cheville et une compression dégressive et graduée sur toute la longueur de la jambe.

Toutefois, le terme « contention » étant passé dans le langage courant, il est très probable qu’on vous parle de « bas de contention » pour exprimer les chaussettes, bas et collants de compression.

Lecture complémentaire